Processus liés à la défense, à la promotion et aux politiques en matière de services de garde au Canada : histoire et pratique depuis la Deuxième Guerre mondiale à aujourd’hui

Cette recherche, réalisée d’avril 1999 à mars 2001, fut parrainée par l’Association canadienne pour la promotion des services de garde l’enfance et financée par le programme Visions pour la garde d’enfants du ministère du Développement des ressources humaines du Canada. Susan Prentice, Ph. D., du département de sociologie de l’Université du Manitoba, dirigeait la recherche, appuyée dans sa tâche par un comité consultatif formé de Rebecca Kelly-Scherer, Wendy Atkin, Maryann Bird et Cynthia Magloughlin, directrice générale de l’ACPSGE.

La recherche examinait les liens complexes entre la défense et la promotion des services de garde et le processus d’élaboration et de modification des politiques de services de garde au Canada anglais de 1945 à la fin des années 1990. La méthodologie était participative et s’appuyait étroitement sur le travail bénévole des membres du conseil d’administration de l’ACPSGE et d’organismes de promotion et de défense des services de garde au Canada.

The Anthology

Textes édités par Susan Prentice, 2001.
Fernwood, Halifax.
224 pages, copie papier
ISBN : 1 55266 062 1
24,95 $

Commandez l’ouvrage de votre librairie locale indépendante ou de l’éditeur Fernwood Books.

Description sur la jaquette

La plupart des parents de jeunes enfants ont besoin de services de garde pour être en mesure de travailler ou de poursuivre des études. Mais présentement le réseau des services de garde réglementés peut accueillir moins d’un enfant sur dix et les places coûtent généralement trop cher pour la majorité des parents. La qualité, l’accessibilité et l’abordabilité varient considérablement entre les provinces et les territoires et même à l’intérieur de ceux-ci. Au Québec, il existe un système public de services de garde à cinq dollars par jour, mais pour le reste du pays, les services de garde relèvent de la famille et sont assujettis aux lois du marché. À quel moment et pour quelles raisons un gouvernement met-il en oeuvre des politiques progressistes en matière de garde d’enfants? Ce sont ces questions et d’autres qu’abordent les personnes qui ont contribué à l’anthologie Changing Child Care. On y examine également les différents systèmes de services de garde adoptés par les Canadiennes et Canadiens. L’ouvrage explore cinq décennies de mobilisation et de politiques en matière de services de garde au Canada. Contrairement à ceux qui prétendent que les services de garde sont d’abord une responsabilité privée relevant de la famille, les auteures font valoir qu’ils sont une responsabilité publique et font partie du bien collectif.

Introduction tirée de l’anthologie

Changing child care: Five decades of child care advocacy and policy in Canada par Susan Prentice (Évolution des services de garde : cinq décennies de défense, de promotion et de politiques en matière de services de garde à l’enfance au Canada)

Selon l’équipe de rédaction du journal Ottawa Citizen, le lobby canadien contemporain des services de garde est une « force formidable ». Le pouvoir du mouvement et son influence politique indue, soutient le journal, lui viennent de la convergence du personnel, des parents, des enseignants, de chercheurs et de nombreux autres acteurs. Ce lobby, met en garde le journal, est un « rouleau compresseur » auquel les gouvernements doivent résister avec force. D’autres observateurs pourraient s’interroger sur le pouvoir supposé du mouvement, compte tenu du système de services de garde décousu et à la pièce au Canada. À vrai dire, il serait plus logique de conclure que l’existence même du mouvement de défense et de promotion des services de garde est le résultat direct du manque d’intérêt des pouvoirs publics pour la question. Car, manifestement, tous les efforts déployés par les militants et les militantes au fil des années auraient été inutiles si les gouvernements avaient mis en oeuvre des politiques progressistes et un éventail complet de services. Néanmoins, l’Ottawa Citizen souligne à juste titre que le lobby des services de garde est un joueur dont les politiciens doivent assurément tenir compte.

Le mouvement des services de garde à l’enfance existe au Canada depuis plus d’un demi-siècle. Pourtant, étonnamment, peu de choses ont été écrites sur la façon dont le mouvement s’est bâti, sur les personnes qui l’ont bâti, sur ce qu’il a accompli ou essayé d’accomplir, et sur les répercussions qu’il a eues sur les politiques sociales ou les changements sociaux. Dans ce livre, nous nous employons à remédier à certaines de ces lacunes. Ce travail est le résultat des efforts et du rôle qu’ont joué celles et ceux qui militent pour assurer aux services de garde à l’enfance une place au sein de l’État-providence canadien. Au cours du demi-siècle passé, les politiques en matière de services de garde et les services de garde eux-mêmes se sont radicalement transformés et le mouvement des services de garde a joué un rôle déterminant dans ce processus évolutif complexe et interactif. Chaque chapitre de cet ouvrage traite de certaines caractéristiques du processus. Prises ensemble, les études de cas dont il est question font beaucoup plus.

1940sLes femmes des années 1940 manifestent. « Fatter babies not fatter profits » (traduction libre : des gros bébés, pas de gros profits)

Cet ouvrage ajoute à la collection deux volets importants. Premièrement, on y explore l’histoire de l’action sociale et des politiques entourant les services de garde au Canada depuis la Deuxième Guerre mondiale à aujourd’hui. Bien trop souvent, ces histoires ont été dissimulées à l’histoire. Les raisons pour lesquelles la recherche historique et les études universitaires ignorent les services de garde sont nombreuses. Parmi celles-ci, il y a le fait que la défense des services de garde (au Canada comme ailleurs) est un projet mené principalement par des femmes. Les chapitres de cette anthologie mettent de l’avant différentes hypothèses pour l’expliquer. Généralement, une bonne partie de l’histoire des femmes a été ignorée ou n’a pas été incluse dans les livres d’histoire. L’histoire s’écrit habituellement selon la perspective dominante et les organismes de promotion et de défense des services de garde dont l’histoire est racontée dans ce livre continuent de lutter en périphérie pour que les services de garde soient reconnus comme un droit de l’État-providence canadien. En outre, cette anthologie porte sur un mouvement social et l’histoire des mouvements sociaux au Canada continue de s’écrire. Cela étant, l’ouvrage contribue directement et activement à faire l’histoire.

Pour lire l’introduction complète, cliquez ici.

Entrevues

Dans le cadre de cette grande recherche à plusieurs volets, 52 militantes et militants de longue date du mouvement des services de garde ont été interviewés. Les entrevues ont été transcrites et sont conservées par l’ACPSGE et aux archives du Mouvement canadien des femmes de l’Université d’Ottawa, que les chercheurs peuvent consulter.

Nous avons retenu des extraits de cinq entrevues. De ces propos se dégage un vaste éventail d’enjeux et de perspectives. Il s’en dégage également l’importance de la participation citoyenne et de l’organisation de mouvements sociaux.

  • Alice Taylor est éducatrice à la petite enfance et directrice de garderie. Elle vit et travaille à l’Île-du-Prince-Édouard où elle s’implique activement dans les dossiers ayant trait à la profession d’éducation des jeunes enfants.
  • Dixie Lee Van Raalte est consultante en services de garde à l’enfance. Elle a une longue expérience de travail auprès des communautés autochtones.
  • Katie Cooke vit à Victoria où elle a pris sa retraite après une longue carrière dans la fonction publique. Elle est mieux connue pour son travail à titre de présidente du Groupe d’étude sur la garde des enfants mis sur pied par le gouvernement fédéral.
  • Martha Friendly est coordonnatrice du Child Care Resource and Research Unit de l’Université de Toronto. Elle est une chercheuse de premier plan dans le domaine des politiques de services de garde.
  • Howard Clifford est un fonctionnaire fédéral à la retraite qui a travaillé sur le dossier des services de garde à l’enfant. Il s’est surtout fait connaître pour avoir traversé le Canada à vélo afin de sensibiliser le public à l’importance des services de garde.

Cliquez ici pour lire les extraits transcrits des entrevues et les entendre en version MP3.

Bibliographie multidisciplinaire

Une bibliographie multidisciplinaire sur la défense et la promotion des services de garde à l’enfance. Vous pouvez télécharger cette bibliographie [PDF, 100pp, 227KB].

Collection archivistique

Liste d’archives Sources pour des recherches historiques entourant la défense et la promotion des services de garde au Canada anglais après la Deuxième Guerre mondiale (PDF, 26pp, 61KB).

Cliquez ici pour lire les extraits transcrits des entrevues et les entendre en version MP3 (les extraits sont uniquement en anglais).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s