Les services de garde reportés à l’année prochaine

Les fonds requis de toute urgence pour les services de garde
absents du budget fédéral et reportés à l’an prochain

En reportant au budget de 2017 des fonds requis de toute urgence pour les services de garde à l’enfance, le gouvernement Trudeau a manqué une excellente occasion d’améliorer l’égalité des femmes, de réduire la pauvreté et de donner un véritable coup de main à la classe moyenne dès cette année. Ce sont tous des thèmes récurrents de la campagne électorale d’octobre dernier et en amont de ce budget.

En réponse au budget, l’Association canadienne pour la promotion des services de garde l’enfance (ACPSGE) a dit que l’approche du gouvernement fédéral en matière de services de garde en tant qu’infrastructure sociale aurait dû refléter les besoins urgents actuels dans ce domaine ainsi que les observations du premier ministre Trudeau de la semaine dernière à propos d’un programme plus substantiel d’infrastructure physique : « Mettre l’accent sur des initiatives moins séduisantes, mais absolument essentielles » pour « jeter les bases d’une croissance plus forte à long terme ».

« Nous nous réjouissons de voir que le gouvernement fédéral et ceux des provinces et des territoires se sont réunis pour amorcer l’élaboration d’un programme-cadre national pour la garde d’enfants et nous savons qu’il faudra y consacrer du temps pour s’assurer que ce soit bien fait », a dit Carolyn Ferns, membre du conseil d’administration de l’ACPSGE. « Mais les familles ont également besoin d’aide cette année dans ce budget ».

L’ACPSGE s’est engagée à bâtir un système public de services de garde à l’enfance soutenu par une politique-cadre fédérale, provinciale, territoriale et autochtone fondée sur des données et de la recherche rigoureuses.

Toutefois, l’ACPSGE a fait valoir que, nonobstant cette vision à long terme, des fonds fédéraux étaient requis de toute urgence pour consolider les services actuels.

« Des familles partout au Canada ont du mal à trouver un service de garde de qualité et elles n’ont pas les moyens d’en payer le coût élevé. Très peu obtiennent de l’aide financière même si elles y sont admissibles, les listes d’attente étant trop longues ou les subventions insuffisantes pour en couvrir le coût », a dit madame Ferns. « Même si colmater les brèches de nos fragiles services de garde n’est pas une solution “séduisante”, aider les familles à faible et à moyen revenu et celles qui sont dirigées par une femme serait une façon efficace de jeter les bases d’une croissance plus forte à long terme »

L’ACPSGE a demandé l’injection de 600 millions de dollars pour les services de garde dans le présent budget à même le Fonds d’infrastructure sociale (100 millions pour les communautés autochtones et 500 millions en paiement de transfert aux provinces et territoires) afin d’amorcer le processus de mise en place d’un programme universel et complet de services d’éducation préscolaire et de garde à l’enfance de qualité élevée et abordables.

Personnes ressources

Carolyn Ferns, (647-218-1275) ferns.carolyn@gmail.com (anglais)

Dominique Arbez,(204) 237 1818, poste 739, darbez@ustboniface.ca (français)

Version PDF

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s